06 août 2015

Théâtres privés : pourquoi regarder autant à l'étranger ?

question_mark

J'aime bien l'ouverture, mais je trouve que certains spectacles écrits par des dramaturges étrangers ne s'adaptent pas bien aux scènes parisiennes.

Deux spectacles d'auteurs américains, Les cartes du pouvoir (du scénariste Beau Willimon) et Des gens bien (de David Lindsay-Abaire), ont été montées au théâtre Hébertot il n'y a pas longtemps et j'ai trouvé ce choix très curieux car ayant lu Les cartes du pouvoir, c'est difficile de voir comment cette histoire de campagne présidentielle américaine peut intéresser un public français.

Le texte m'a paru trop spécifique et pourtant je vis au Royaume-Uni où on parle beaucoup des Etats-Unis et où l'on suit leurs élections présidentielles presque au jour le jour.

Je n'ai pas lu Des gens bien de David Lindsay-Abaire, car je n'ai pas aimé son autre pièce, Rabbit Hole (lue en anglais et qui a reçu le prix Pulitzer 2007, voir ici). Son style est trop naturaliste, trop quotidien pour moi, et je me suis interrogée sur la justesse d'un tel choix ( et j'ai eu raison si j'ai bien compris, la pièce ne semblant pas avoir trouvé son public).

Loin de moi l'envie d'encourager un  "protectionnisme dramaturgique", mais quand je vois qu'il y a des auteurs français contemporains qui sont régulièrement publiés et jamais joués dans les grandes salles, je trouve ça un peu étrange...