30 mai 2012

Auteur ! Auteur !

a_vos_plumesNon, je ne reparle pas du roman de David Lodge (message du 17 mai) et ce n'est pas non plus un nouveau titre de pièce, mais de ma fascination pour les pièces qui parlent d'écriture.

Je mentionnais l'autre jour que j'écrivais une comédie sur trois jeunes aspirants écrivains qui se regroupaient pour s'entraider à pondre un texte et je suis en train d'en concocter une autre parlant cette fois des angoisses d'un auteur confirmé.

Je me fous donc bien de tous les conseils entendus jusque-là, à savoir qu'il faut soi-disant éviter les personnages qui écrivent, car du fait de la quête solitaire qu'est l'écriture, les voir en scène ne peut être que barbant. Tout ça m'est égal, et je crois même bien que deux pièces sur l'écriture ne vont pas être suffisantes, je pense déjà à une troisième !

C'est peut-être pour parler des angoisses bien particulières de celui ou celle qui écrit que j'ai ouvert un blog... Il fallait que cela sorte !

Posté par latetearire à 06:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


09 avril 2012

Route sans panneau

route_sans_panneauCe serait bizarre d'avoir une route sans panneau, sans indication sur les différentes directions à prendre, différentes sorties menant à telle ville ou tel village.

Eh bien la route qu'emprunte le pauvre auteur est ainsi. Personne ne lui indique rien, le vide total. On pourrait penser lorsqu'il reçoit une critique constructive qu'il serait guidé vers tel ou tel comité de lecture, orienté vers la bonne porte à taper, eh bien pas du tout, il reçoit son petit courrier et il ne lui reste qu'à l'archiver.

Les gens du théâtre se connaissent plus ou moins, donc a priori, dans le meilleur des mondes, pourraient aiguiller le pauvre auteur qui cherche dans le brouillard les personnes susceptibles d'être intéressées par ses textes. Ben non, il continue de suivre son petit bout de chemin à l'aveuglette, sans recevoir grand conseil de qui que ce soit.

J'avoue que je ne pensais pas qu'en tant qu'auteur débutant j'aurais autant été laissée de côté. Le cinéma, oui, je m'y attendais, mais pas le théâtre, je pensais qu'il y aurait eu plus un esprit d'entraide, surtout parmi les compagnies amateur. Mais non, c'est chacun pour soi, on dirait.

Posté par latetearire à 06:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23 mars 2012

Portrait du pauvre auteur

pauvre_auteur_depressedBen oui, voilà un portrait du pauvre auteur quand il s'aventure en dehors de chez lui, alors qu'il est en plein milieu d'une histoire qui cloche complètement.

C'est la cata, la vie n'a plus de sens, il est crevé, il se pose des questions sur ses motivations et plus grave encore s'il tourne bien rond... une âme en peine, quoi, qui fait un peu pitié, une silhouette qui inquiète et à laquelle on aurait envie de crier : Coolos Max, ce n'est pas la fin du monde de s'égarer ainsi dans son cerveau, reprends du poil de la bête, voyons !

C'est un peu moi parfois...

Posté par latetearire à 06:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 mars 2012

Non merci

Pour revenir à mon message d'hier, est-ce si difficile que ça de dire Non merci ? Par mail surtout, cela ne coûte pas grand-chose... Ah là là, où sont passées les bonnes manières ?

Posté par latetearire à 06:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

18 mars 2012

Le mur du silence

Parfois je me dis que j'aimerais bien nommer tous les théâtres qui n'ont pas répondu à mes courriers ou mes demandes, ou ceux qui m'ont dit "oui, oui, envoyez-nous vos textes" et me laissent sans réponse.

Pas sympa, je sais, mais ne sont-ils pas impolis de me laisser dans le brouillard ainsi ? Au moins, ça se saurait ! Quels sont les comités de lecture, les troupes qui respectent les démarches du pauvre auteur ?

C'est énervant ce mur du silence après tout. Chacun collectionne ses lettres de refus et personne ne sait trop bien les contacts qui sont bons et ceux qui sont une perte de temps totale.

A voir.

Posté par latetearire à 06:54 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

05 mars 2012

Le pauvre auteur (2)

Je viens d'ouvrir une catégorie intitulée Pauvre auteur.

J'y placerai tous les messages sur le peu d'aide que l'auteur débutant reçoit, la solitude, le mur de silence auquel il est confronté tous les jours.

En gros, une catégorie consacrée au parcours du combattant qu'est l'activité d'écrire !

Posté par latetearire à 06:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Pourquoi le pauvre auteur ne peut se confier (2)

confidingJe fais suite à mon message d'hier, car la situation inverse n'est pas évidente non plus. Lorsque tout baigne pour l'heureux auteur, peut-il partager son bonheur avec son prochain ?

Reprenons notre inconnu d'hier.

CHER INCONNU ― "Mais que le monde est beau aujourd'hui ! Je suis sorti hier soir en laissant une bougie allumée sur ma télévision et, heureusement, mon voisin s'en est rendu compte assez vite et a défoncé ma porte pour limiter les dégâts. Que des horreurs ont brûlé...  et ma voisine, que j'aime en secret depuis longtemps, m'a invité à dîner chez elle tous les soirs en attendant que ma maison redevienne impec !".

HEUREUX AUTEUR ― "Ah! là ! là, oui, c'est drôle en effet comme tout peut être fantastique du jour au lendemain. Mes personnages qui étaient sans vie hier, n'allaient nulle part, ont trouvé une nouvelle direction ce matin, sonnent si juste tout d'un coup..."

Ben non, cela n'irait pas non plus. A moins d'annoncer qu'il vient de faire fortune avec sa dernière pièce, les bonnes nouvelles de l'auteur seront toujours un peu craignos. Eh oui, il doit se taire, qu'il soit triste ou content !

Posté par latetearire à 06:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 mars 2012

Pourquoi le pauvre auteur ne peut se confier...

confidingQuand le pauvre auteur fait la tronche parce que toutes ses histoires coincent, c'est difficile pour lui de faire part de ses états d'âme à qui que ce soit.

Imaginons quelqu'un qui n'a pas la frite et qui pense se trouver sur la même longueur d'onde en voyant la tête à rallonge d'un pauvre auteur. Leur conversation donnerait à peu près ceci :

CHER INCONNU ― "Ben oui, la vie est vraiment vache pour moi en ce moment. J'ai laissé une bougie allumée sur ma télé hier soir en sortant, et lorsque je suis rentré ce matin, ma maison avait explosé, impossible de sauver quoi que ce soit de ma baraque, aucun objet, aucun souvenir..."

Grand soupir.

PAUVRE AUTEUR ― "Oh ! là ! là ! oui, la vie me pèse aussi en ce moment. Vous voyez, mes personnages piétinent, ils ne veulent vraiment pas se plier à ce que je veux leur faire faire, c'est la zizanie totale dans mes textes..."

Notre inconnu regarderait le pauvre auteur les yeux écarquillés, se demandant s'il ne se fout pas de sa tronche, voire aurait l'envie incontrôlable de lui foutre une baffe ?

Eh oui, voilà pourquoi le pauvre auteur doit garder ses problèmes pour lui.

Posté par latetearire à 06:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :