17 septembre 2012

Interview d'Eric-Emmanuel Schmitt

On vient de me signaler cette interview de l'Express...

C'est toujours intéressant d'écouter ce qu'Eric-Emmanuel Schmitt a à dire, alors voilà, le lien est ici.

Posté par latetearire à 06:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


11 mai 2012

Ce n'est pas que deux heures de divertissement !

Pour ceux qui n'ont pas lu les interviews d'Eric-Emmanuel Schmitt postées le 3 mai...

Eric Emmanuel Schmitt dit qu'une bonne pièce n'est pas que deux heures de divertissement... Il aime les textes intelligents et émouvants, si on rit en plus, tant mieux. Une bonne pièce doit marquer le spectacteur et trotter sérieusement dans sa tête alors qu'il quitte le théâtre.

Cela devrait donc être assez intéressant ce qui se passe au théâtre Rive Gauche, car j'aime aussi le rire intelligent. Je ne supporte pas le rire bêta (le genre de pièces comme "Le clan des divorcées" qui ne mène à rien, est d'un lourdingue épouvantable et est malheureusement restée pas mal de temps à l'affiche du théâtre Rive Gauche si je ne me trompe pas.... genre de pièce à virer pour toujours du programme à mon avis).

Ce pari de ne jouer que des auteurs vivants est fantastique. Bien sûr, comme il dit, il aura ses limites, ils ne vont pas pouvoir tout jouer, mais ça remonte le niveau, on sent qu'il va tirer la barre vers le haut... Une excellente nouvelle.

Posté par latetearire à 06:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 mai 2012

Eric-Emmanuel Schmitt

DSC02997Je viens d'acheter le tome 1 avec quatre pièces de théâtre d'Eric-Emmanuel Schmitt (La Nuit de Valognes, Le Visiteur, Le Bâillon, L'Ecole du diable). On m'a parlé de la pièce Le Visiteur l'autre jour que je ne connaissais pas, d'où cet achat.

Cette collection du Livre de Poche est fantastique. Pour un prix modique, on a la possibilité de lire dix pièces d'Eric-Emmanuel Schmitt, ce qui est quand même génial pour un auteur contemporain.

  

DSC02993DSC02995

Voici les deux autres livres de la collection : le tome 2 réunit trois pièces (Frédérick, Petits crimes conjugaux, Hôtel des deux mondes) et le tome 3, trois pièces également (Golden Joe, Variations énigmatiques, Le Libertin).

Je conseille à tout le monde de lire ces ouvrages. Ce qu'Eric-Emmanuel Schmitt dit est toujours intelligent.

Posté par latetearire à 06:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 mai 2012

Le théâtre Rive Gauche

Bonne nouvelle pour ceux qui aiment le théâtre et les spectacles de qualité. Eric-Emmanuel Schmitt a repris le théâtre Rive Gauche.

J'ai trouvé une interview de lui hier sur le Net (interview donnée à Paris Match, voir ici). J'ai recopié le texte sur un document séparé car les liens ne fonctionnent pas toujours ou disparaissent à la longue (voir Interview_EE_Schmitt).

Voici un autre article sur le sujet (ici), à la page 12 du document, article intitulé Les "quatre vies" d'Eric-Emmanuel Schmitt. C'est toujours intéressant ce qu'il dit.

25 novembre 2011

"Petits crimes conjugaux" (1H, 1F)

DSC02168Petits crimes conjugaux d'Eric-Emmanuel Schmitt, une pièce en un acte publiée dans la collection Le Livre de Poche.

Une pièce à deux personnages qui offre une vision plutôt tendue du couple et du mariage.

L'histoire : Gilles rentre chez lui après un séjour à l'hôpital. Il est en pleine crise d'amnésie, il ne reconnaît pas sa femme, son appart, et essaie de savoir qui il est en déchiffrant ce qu'il voit autour de lui, en questionnant son épouse. Petit à petit, on apprend qu'il a été hospitalisé suite à une chute dans les escaliers. Perturbé de savoir comment cette chute est arrivée, Gilles et son épouse se parlent de manière plus honnête, on arrive à savoir ce qui s'est réellement passé et Gilles et sa femme réévaluent leur couple.

C'est bien fait, les dialogues sont bien écrits, intelligents, même si légèrement torturés sur les bords, et je ne sais pas si, sans dévoiler la fin, on peut tout pardonner à son conjoint, mais ce texte offre un intéressant moment de réflexion sur la dynamique de la vie à deux, la panoplie de sentiments par laquelle on passe quand on vit une relation longue. C'est intrigant du début jusqu'à la fin.

J'ai un intérêt particulier pour les pièces à deux personnages et celle-là est pas mal du tout. A voir sur scène plus qu'à lire, je pense. Je l'ai classée dans les pièces plus sérieuses, car tout ça n'est pas hilarant tout de même.

14 octobre 2011

"Hôtel des deux mondes" (DVD)

DSC02584Eh oui, j'ai craqué, je voulais absolument voir la pièce montée. Ai-je bien fait d'acheter le DVD ? Tout à fait. On se fait une autre idée d'une pièce quand elle est jouée.

Elle m'a paru plus dure, plus soutenue sur scène qu'à la lecture, je dois dire. Le tout est assez dense, il n' y a aucun dialogue anodin, aucune réplique stupide, ce qui fait qu'il faut quand même s'accrocher pour ne rien perdre de toutes ces interrogations sur ce qu'est la vie, l'amour, l'au-delà...

Je m'étais fait une autre idée des personnages, surtout celui de Julien et de Laura. Je voyais Julien beaucoup plus vieux, d'un style différent, et celui de Laura plus jeune, moins nature. J'ai trouvé la diction du comédien incarnant Julien un peu curieuse, allongeant et liant tous ses mots en parlant, mais l'interprétation d'Anne Consigny est absolument extraordinaire.

Un DVD à regarder un soir lorsque l'on est d'humeur à cogiter.

Posté par latetearire à 06:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2011

Sérieux mais enlevé

Ce message fait suite à celui d'hier consacré à la pièce Hôtel des deux mondes d'Eric-Emmanuel Schmitt. C'est une pièce que j'aime beaucoup, ce qui me perturbe car ce n'est pas une comédie. Il y a donc quelque chose dans cette pièce qui me plaît énormément malgré son thème plutôt sérieux et je me rends compte que c'est le style enlevé, la manière dont la pièce a été écrite.

Ce que je ne supporte pas, ce sont les drames larmoyants où rien ne se passe vraiment et où tout se cantonne à "sniff, sniff, que la vie est dure...". Ce genre de texte m'exaspère. En revanche, lorsque des thèmes plus sérieux sont traités de manière dynamique, suivant le rythme soutenu d'une comédie, alors là, j'accroche, je reste attentive du début jusqu'à la fin.

Je ne sais pas très bien où je veux en venir avec tout ça. Juste que je suis intriguée par le fait qu'il soit possible d'explorer des thèmes plus sérieux d'une manière légère. Un équilibre toutefois difficile à réaliser.

19 septembre 2011

"Hôtel des deux mondes"

DSC02187Hôtel des deux mondes, d'Eric-Emmanuel Schmitt, une pièce publiée dans la collection Le Livre de Poche (numéro 30618).

J'aime bien les pièces un peu métaphysiques, du genre Huis clos de Jean-Paul Sartre. Je sais, elles ne sont pas comiques, mais lorsqu'elles sont bien écrites, elles me font toujours un sacré effet. C'est le cas de cette pièce que j'aime beaucoup, ma préférée d'Eric-Emmanuel Schmitt. Cela fait plusieurs fois que je la lis et je ne lui trouve aucun défaut. Je suis même à chaque fois étonnée qu'on puisse parler d'un sujet aussi sérieux que la mort sans alourdir quoi que ce soit ou déprimer le lecteur.

L'histoire : Julien arrive dans un lieu qui ressemble à un hôtel. Il ne sait pas trop ce qu'il fait là, une femme et un homme en blanc le guident sans dire un mot, d'autres personnages semblent attendre quelque chose, il y a un ascenseur qui monte ou descend, bref, c'est le flou le plus complet. En parlant à ceux qui sont autour de lui et au docteur de service, il réalise qu'il est dans un hôtel un peu curieux, un hôtel pour les personnes entre la vie et la mort. Alors que leur existence terrestre tient à un fil, aux mains d'équipes de médecins, lui et ses compagnons attendent, anxieux, pour voir s'ils vont survivre (descendre par l'ascenseur) ou mourir (monter).

Une idée intéressante et intelligemment développée. Un texte qui doit être impressionnant à voir sur scène. Bref, une superbe pièce, la réussite totale selon moi.

Posté par latetearire à 07:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,