26 février 2016

Enfin !!!!!!

thumbs_up

Ravie de voir que Fabienne Pascaud de Télérama s'énerve en voyant ce qui se passe en matière de comédies sur les scènes parisiennes (pour l'article, c'est ici).

Croisons donc les doigts pour que son ras-le-bol soit entendu.


21 janvier 2016

La comédie drôle se fait trop rare

happy_mug

La comédie réussie est quelque chose de rare.

Je viens d'écouter l'émission Pop Fiction sur France Inter consacrée aux comédies des années 80 (voir ici, saison 2, épisode 19), et on se rend compte en l'écoutant qu'on n'a pas vraiment innové depuis.

Trois hommes et un couffin, La chèvre, A nous les petites anglaises, Annie Hall, en voilà des comédies bien foutues. Mais où sont les brillantes comédies des années 2000 ? 

Il y en a chaque année qui sortent dans le monde entier, mais elles ne sont en général pas très marrantes ou alors complètement bêtasses. 

Il n'y a pas qu'au cinéma que c'est le grand désert. Côté romans, il y a peu de récits drôles en fin de compte. Et au théâtre ? Combien de pièces comiques vraiment marrantes sortent par an ? 

C'est un mystère quand même, car beaucoup de gens aiment rire, beaucoup de gens savent écrire et pourtant les comédies bien foutues restent rares.

Une situation qui montre, faut croire, la difficulté de la tâche.

Posté par latetearire à 06:17 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2016

Pierre Richard, un jour, un destin

T_l__ok

Je viens de voir sur TV5 l'émission Un jour, un destin consacrée à Pierre Richard.

Je l'ai déjà dit, Pierre Richard est l'acteur français qui me fait le plus rire. Je ne sais pas combien de fois j'ai vu La chèvre, plus de vingt fois, j'imagine, et pour moi ce film fait partie du nombre très restreint de comédies parfaitement réussies. 

Bien que Pierre Richard ne soit pas lui-même intervenu dans l'émission, son fils et des amis à lui ont pris la parole à sa place et leurs propos étaient intéressants. J'ai appris quelques trucs :

Premièrement, je ne savais pas que Pierre Richard avait eu autant de mal à démarrer. Il a été obligé de s'investir dans l'écriture et la réalisation d'un film si j'ai bien compris (Le distrait), pour pouvoir jouer. Heureusement d'ailleurs qu'il y a eu le réalisateur Yves Robert pour le remarquer et l'encourager, car on pourrait se demander ce que sa carrière serait devenue sans lui.

Après, je n'avais pas réalisé à quel point il avait souffert d'avoir été cantonné dans le moule comique, de ne pas avoir joué des rôles plus sérieux, plus sombres.

Je ne savais pas non plus que Francis Veber avait pensé à Lino Ventura et Jacques Villeret pour le tandem de La chèvre. Lino Ventura n'ayant pas été trop partant pour Villeret, le rôle est revenu à Pierre Richard, puis Lino Ventura s'étant désisté, le personnage a été rajeuni et Depardieu a été choisi. Heureusement, car quel duo !

Paraît-il aussi que le film Le Jouet n'a pas été un grand succès à sa sortie. Pourtant c'est un bon film.

Je trouve que Pierre Richard mériterait une émission d'une heure seul en face d'un journaliste, car je suis sûre qu'il a des trucs passionnants à dire. Il est possible qu'il ne le souhaite pas, ce qui est dommage, car on sort te cette émission avec une impression de gâchis, gâchis d'un talent pas toujours bien exploité par des gens du métier qui ont fait preuve d'un manque total d'imagination.

Tout le monde sait que les grands comiques sont de grands blessés, et le fait que Pierre Richard n'ait pas été considéré pour des rôles non comiques est lamentable. Je suis persuadée qu'il aurait fait un très bon policier ou détective. Vraiment dommage qu'on ne lui ait jamais proposé. 

Posté par latetearire à 06:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2015

Promesses d'évasion

palm_tree

Pour moi, le théâtre est un commerce comme un autre, il faut proposer des "produits" qui attirent le client, des promesses d'évasion qui tentent, et le sujet de la pièce et l'affiche y sont pour beaucoup.

Je regardais l'affiche de la pièce "Moins 2" qui est jouée en ce moment au théâtre Hébertot et qui n'a pas l'air de remplir les salles, mais est-ce étonnant ? Je sais que je suis particulièrement sélective quant à mon choix de sorties, mais quand même, je n'aurais pas très envie d'aller voir ce spectacle, même avec Guy Bedos.

Voir deux malades en pyjama à l'hôpital faisant la tronche ne se traduit pas dans ma tête par chic, je dois y aller. Je n'ai pas vu la pièce et elle est peut-être très chouette, mais a priori comme promesse d'évasion, on a vu mieux.

Posté par latetearire à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 novembre 2015

La comédie (2)

happy_mug

Pour revenir à mon message d'hier et au fait que tout le monde s'accorde à dire que le travail d'écriture d'une comédie est difficile, plus difficile qu'un drame, mais comme on parle de rire, de s'amuser, quelque part un petit dérapage se fait assez vite, j'ai l'impression.

Comme on a la chance de baigner dans un "produit " qui s'appelle la rigolade, on en conclut malgré tout que tout n'est pas aussi difficile que ça et on se contredit aussi vite. On aurait presque de la chance de travailler dans la légèreté, donc si quelque part il y a beaucoup moins d'opportunités que pour le drame, aucune comédie qui se voit descerner le prix du festival de Cannes ou un Oscar, eh ben ce n'est pas trop grave, on a déjà beaucoup de chance, non ?

Ecrire une comédie est plus difficile qu'un drame, on l'admet dans l'abstrait, mais dans la pratique, rien n'est fait vraiment pour l'honorer. Encore une fois, dans tout autre domaine, ce serait le contraire, ce ne serait pas que des paroles en l'air. Vraiment étrange.

Posté par latetearire à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


02 novembre 2015

La comédie

exhausted

Je viens d'entendre un romancier connu parler à la télé et ce qu'il disait est intéressant.

Il disait que le genre comique est le plus difficile à réussir, ce qui explique que les scénaristes de comédies en fin de carrière n'arrivent plus trop à en écrire de bonnes, car le travail qu'elles nécéssitent est tel que l'énergie n'est plus là. 

Un auteur de drames s'en sortira toujours bien, mais celui qui choisit d'écrire des comédies doit assumer un tel boulot qu'au bout d'un certain temps, il s'essouffle, les ressorts comiques ne sont plus aussi imaginatifs, bref qu'écrire une comédie est tellement difficile que le travail épuise, use au fil des ans. Je crois que c'est assez juste.

Donc, ce que je ne comprends pas encore une fois, et désolée de radoter, c'est que tout le monde s'accorde à dire que la comédie est le genre le plus difficile à écrire, et pourtant on ne fait pas grand-chose pour montrer à quel point on la prend au sérieux. Quand quelque chose est difficile généralement, il y a des structures qui se montent en parallèle pour aiguiller les pauvres tondus qui s'y collent, mais non, pas pour la comédie, on regarde ailleurs. Situation qui n'a aucun sens donc.

Posté par latetearire à 05:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

29 octobre 2015

Vouloir tuer quelqu'un, est-ce vraiment drôle ?

creuse_meninge

Je viens de regarder un extrait de la pièce "Conseil de famille" jouée en ce moment au théâtre de la Renaissance à Paris. Tout ce qu'on entend dans l'extrait, c'est : je vais la buter, oh non je vais la buter. Deux enfants parlent ainsi de leur mère. Ils en ont assez d'elle et se demandent s'ils ne devraient pas précipiter son départ dans l'au-delà. Est-ce que ça me fait sourire ? Euh, non, pas vraiment. Mais c'est vrai qu'il ne s'agit que d'un extrait, c'est difficile de juger.

Il y a eu la pièce "La soupière" de Robert Lamoureux sur le même thème si je me souviens bien, l'histoire d'un père de famille qui flirtait avec l'idée de tuer sa tante pour hériter de sa fortune, et ça marchait pas trop mal, mais a priori, ça ne crie quand même pas sujet de comédie.

Tant qu'à faire, je préfère aller plus loin, comme dans la pièce "Rope" dont je parle quelque part sur ce blog (adaptée au cinéma par Alfred Hitchcock) où un meurtre est commis pour le plaisir et un petit cocktail organisé près du corps. Horrible, glacial, mais ça, ça fait un bon sujet de pièce.

Parce que choisir de faire une comédie sur une envie de meurtre est risqué à mon avis. On rit jaune d'emblée, ce qui n'est pas un problème, mais au moindre faux pas du dramaturge, hop, on ne rit plus du tout.

Posté par latetearire à 06:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

27 septembre 2015

Un lieu joyeux

laughing_smilie

Je ne sais pas pourquoi j'ai une conception aussi gaie du théâtre.

Je ne suis pourtant pas allergique aux sujets profonds, mais je crois que je préfère être sérieuse toute seule devant un bouquin et être entourée pour rire.

Le théâtre est pour moi un lieu de rassemblement au service de la bonne humeur. Je ne dis pas au service de la débilité comme on peut parfois se demander, mais je trouve qu'il n'y a rien de plus chouette que d'entendre des centaines de personnes rigoler ensemble.

Rire toute seule devant un roman comique n'est pas pareil, pas aussi sympa qu'avec d'autres dans une salle de théâtre. 

Cette conception des choses est ancrée en moi, rien à faire.

Posté par latetearire à 06:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 septembre 2015

La lecture amusante

laughing_smilie

Je sais que je radote un peu, mais je n'y peux rien, comme le nom de ce blog l'indique, j'aime m'amuser quand je lis une pièce de théâtre ou un roman.

Pourquoi une lecture devrait toujours apporter quelque chose, être un geste intello à la fin ? Je n'ai rien contre ce qui est sérieux, mais je trouve que l'un des rôles de la lecture est d'amuser. S'il n'y avait que des romans comiques en vente dans les librairies, là je serais la première à dire non, quelque chose cloche chez les éditeurs français, mais je ne vois pas pourquoi on devrait passer pour une simplette quand on avoue aimer des livres qui ne sont pas sérieux.

Alors comme dans tout, arrivent les problèmes de goûts, et lorsque j'ai commencé Demain, j'arrête de Gilles Legardinier l'autre jour, j'ai eu un choc. Grand succès comique, paraît-il, vendu à des milliers d'exemplaires,  et je n'ai pas déridé une seconde, n'en ai d'ailleurs lu que 50 pages tellement je trouvais ça pas drôle (il est possible que ça devienne marrant après), mais s'il a fait sourire quelqu'un, tant mieux pour lui.

Personne en fin de vie regrette d'avoir trop ri que je sache. Donc je persiste. Même si le contenu de mon blog fluctue pas mal depuis son ouverture, quelque chose est constant, j'ai toujours la tête à rire... Gros soulagement.

Posté par latetearire à 06:35 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

20 septembre 2015

Ecriture théâtrale comique

break

Si je ne suis plus passionnée par l'écriture théâtrale, je suis toujours fascinée par l'art de la comédie.

Quelque chose s'est cassé en moi côté théâtre, sûrement à cause de la difficulté de la tâche. 

Je ne sais pas si j'ai écrit une bonne pièce de théâtre comique pour finir, tout ce que je sais c'est qu'essayer d'en écrire une est un travail de titan, et qu'il y a une disproportion flagrante entre le travail que cela demande, indépendamment du résultat, et la considération portée au texte une fois qu'il est terminé.

Personne ne veut lire, n'est intéressé, et j'ai même décelé du mépris chez certaines personnes du genre : ah bon, vous croyez que vous pouvez écrire quelque chose de décent, vous ?

Donc on se retrouve avec son texte sur les bras, dans l'impossibilité de l'améliorer, car on a besoin du travail avec des comédiens et l'avis des autres pour le faire, et si on multiplie cette impasse plusieurs fois, toute personne normalement constituée s'interroge, doute et pose la plume.

Pour le roman c'est différent, car lorsqu'on se lance dans un roman, on sait qu'on est seul devant sa page blanche et on l'accepte d'emblée. Un texte de théâtre, tout comme un scénario, demande un investissement, la participation des autres, n'est qu'un brouillon en fin de compte, une proposition d'histoire, donc on est plus vulnérable, plus en attente du partage.

Avec l'écriture théâtrale comique en plus, on se retrouve assez vite dans un cercle vicieux, car pour arriver à pondre un texte léger qui tient plus ou moins la route, il faut avoir écrit des moutures vraiment pas terribles qu'on fait malheureusement circuler trop vite pour avoir un écho, ce qui pousse les pros du théâtre à grogner dès qu'ils voient arriver une comédie dans leurs établissements, s'attendant par expérience au pire des charabias.

La création d'un comité de lecture uniquement branché comédie aiderait, car une comédie qui se retrouve sur le bureau de quelqu'un qui vient de lire un texte qui lui a arraché des larmes ne peut être jugée qu'inconséquente et idiote.

Bref, l'écriture théâtrale comique étant pour moi la forme d'écriture la plus difficile qui soit, il faudrait que davantage d'auteurs s'y collent et non pas moins.

Posté par latetearire à 06:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,