17 janvier 2016

Five One Act Plays, Murray Schisgal

SAM_0206

Recueil de 5 pièces courtes de Murray Schisgal, lues en anglais malheureusement car je n'ai pas trouvé la traduction française.

Je l'ai déjà dit, j'aime beaucoup le style de Murray Schisgal. Ses personnages sont du genre exalté et zinzin, ce qui me fait toujours rire. Pour moi d'ailleurs, le théâtre est fait pour ce genre de personnalité un peu démente, car où peut-on forcer le trait ainsi, si ce n'est que sur une scène ?

Bref, les cinq pièces sont :

Fragments (dont j'ai déjà parlé, voir ici).

The Basement : l'histoire d'un mari qui s'enferme au sous-sol de sa maison, passionné par un travail de recherche scientifique qu'il entreprend depuis 19 ans (sur un singe mort, conservé au congélateur). Il considère son travail tellement important que sa femme n'a pas le droit de descendre lui parler et, au début d'ailleurs, on ne voit que ses pieds, alors qu'il essaie de se concentrer sur ses travaux de recherche (travaux un peu curieux). Son frère arrive à son tour et s'allonge sur le trottoir pour tenter de lui parler par la fenêtre, mais il ne veut rien entendre. Un texte, qui sous des allures comiques, est assez dur. Sur les sacrifices qu'on fait pour des prunes et la réalisation que, malgré nos meilleures intentions, on n'apportera rien au monde. Un texte qui trotte dans la cervelle un bout de temps.

Memorial Day : un texte sur un couple qui se déchire devant un puits où ils ont gardé l'uniforme de leur fils mort à la guerre. Ce texte confirme que pour moi, parler du désespoir est plus percutant avec un trait d'humour. Drôle et horrible à la fois.

Windows : un couple emménage dans une nouvelle maison. La femme angoisse de voir qu'il y a beaucoup de fenêtres et très vite leurs voisins les appellent pour se plaindre de les avoir surpris en train de regarder par la fenêtre et d'avoir ainsi porté atteinte à leurs vies privées. Très curieux, je ne suis pas certaine d'avoir complètement compris la fin.

The Old Jew : un monologue d'un vieux juif qui parle à des voisins imaginaires... jusqu'au moment où on réalise qu'il s'agit en fait d'un jeune acteur qui passait le temps en attendant un rôle.

Posté par latetearire à 06:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


16 janvier 2016

"The Zoo Story", Edward Albee

SAM_0562Dernière pièce de ce recueil de 4 pièces en anglais : The Zoo Story, d'Edward Albee.

Il s'agit d'une conversation entre deux hommes qui se parlent sur un banc, conversation qui devient très tendue et finit mal.

L'histoire : Peter lit tranquillement sur un banc lorsqu'il est accosté par Jerry. Les hommes sont bien différents, Peter mène une existence respectable auprès de sa femme et de ses enfants, Jerry est solitaire, déconnecté et ses propos sur une visite au zoo local et sur le chien d'une voisine sont assez bizarres.

Le zoo du titre fait référence, si j'ai bien compris, à la vie qui est un peu comme un zoo, rien n'est logique, défini, l'absurde règne.

J'ai été un peu surprise en lisant ce texte car je pensais que c'était une pièce avec plein de personnages. Il n'y en a que deux, deux hommes, et la pièce est assez courte et l'action continue (lieu et temps uniques).

Comme toujours avec Edward Albee, le texte est sans temps mort. A lire pour la progression dramatique, la tension qui monte de manière très habile.

Un texte qui a été joué dans le monde entier et qui doit gagner à être relu.

Posté par latetearire à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

06 janvier 2016

"Neighbours", James Saunders

SAM_0552

Pièce qui a été traduite en français ("Les voisins") et jouée avec succès par Laurent Terzieff si je ne me trompe pas.

Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais en lisant cette pièce, à une querelle de personnages assez marrante entre plusieurs voisins, mais ce n'est pas du tout le cas, il s'agit d'une conversation assez sérieuse entre deux voisins.

L'histoire: Elle est blanche, il est de couleur et sont voisins. Un soir, il arrive chez elle on se sait pas trop pourquoi et en se parlant, les masques tombent, les préjugés qu'ils ont l'un sur l'autre font surface.

Ouais, pas convaincue par cette pièce. C'est vrai que les pièces à deux personnages sont difficiles à réussir et celle-ci est un peu datée peut-être. D'autres aimeront, mais elle ne m'a pas fait beaucoup d'effet.

Posté par latetearire à 06:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2016

"Next time, I'll Sing to You", James Saunders

SAM_0552Une des quatre pièces de ce livre publié par les éditions Penguin (en anglais).

Voilà une pièce bizarre. J’ai lu pas mal de pièces, mais de temps en temps une sort du lot et me surprend par son originalité, c’est le cas de celle-ci.

Difficile de la résumer, d’autant plus qu'en anglais, je n’ai pas tout compris. Ce n’est pas malin car elle existe en français ("La prochaine fois je vous le chanterai").

C'est un texte qui fait penser à Pirandello et Beckett. Il y a du sérieux, des réflexions métaphysiques assez musclées, mais aussi du pur loufoque, notamment au début où l’un des personnages commence à raconter des blagues… Bref, tout ça est un drôle de mélange et on ne sait jamais trop sur quel registre on est.

L’histoire (ou ce que j’en ai compris) : il s’agit d’un cas d’étude. Chaque soir, sur une scène de théâtre, Rudge et Dust essaient de comprendre comment un homme a pu volontairement se retirer du monde à l’âge de 48 ans et vivre en ermite jusqu'à la fin de ses jours. Que signifie une telle existence ? Ils sont quatre autour de l’ermite mourant, joué par un acteur, à étudier la question.

Mon résumé est à prendre avec des pincettes, car comme je l’ai dit, je n’ai pas toujours suivi leurs propos. Je vais donc m’acheter le texte en français, car c’est le genre d'idée zinzin qui me plaît.

06 novembre 2015

"I'm not Rappaport", Herb Gardner

SAM_0657Quatrième pièce de ce recueil de pièces d'Herb Gardner. Pièce très chouette à lire.

Il s'agit d'une interaction assez enlevée entre deux personnes âgées, Nat et Midge, qui passent leur temps à s'en envoyer des vertes et des pas mûres dans un parc public. 

Nat est juif, Midge est d'origine africaine. Nat est passé maître dans l'art de raconter des bobards et Midge est toujours en train d'essayer de distinguer le vrai du faux.

Leur conversation est interrompue par d'autres personnages et l'ensemble est très harmonieux malgré le fait qu'il n'y ait pas de découpage clair en scènes, les personnages viennent s'installer sur scène puis tout d'un coup parlent... Très curieux, mais ça marche.

Un texte qui mine de rien n'est pas aussi frivole que ça. On y parle de la vieillesse, de la pauvreté, de la place des personnes âgées, du rapport difficile qu'on a parfois avec ses enfants. 

Le texte est en anglais, donc certains trucs m'ont échappée, mais j'ai bien aimé les piques incisives qu'ils se lancent, on ne s'ennuie pas une seconde. Je ne crois pas qu'elle ait été traduite en français. Bien dommage.

Posté par latetearire à 16:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,


20 octobre 2015

"A Thousand Clowns", Herb Gardner

SAM_0657Première pièce d'Herb Gardner que je lis et première présentée dans ce recueil.

Très bonne pièce, marrante et charmante.

C'est l'histoire de la relation entre un garçon et son oncle qui a sa garde. Son oncle est un personnage farfelu qui refuse de rentrer dans les rangs, mais lorsque la garde de son neveu menace de lui être retirée, il se ressaisit, tente de retrouver un boulot et de se réintégrer.

Herb Gardner est un dramaturge qui a la repartie marrante. Il ne se passe pas énormément de choses dans cette pièce, tout est dialogues, échanges mordants et pleins d'esprit.

Très bonne découverte.

Posté par latetearire à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juillet 2015

"Fragments" de Murray Schisgal

SAM_0206

Je dois énormément au dramaturge américain Murray Schisgal car sans lui, et sans Fragments, l'une des cinq pièces de ce recueil de pièces courtes, j'aurais foutu les miennes à la poubelle.

J'ai lu cette histoire un peu barjot à un moment où je doutais beaucoup, personne n'avait l'air d'aimer les personnages farfelus au théâtre, et quand j'ai lu ce texte, je me suis dit Super,  je ne suis pas la seule, il est possible d'avoir des personnages extravagants, excessifs sur scène. Comme quoi il y a des lectures qui tombent à pic.

C'est un texte fantaisiste sur trois amis qui se disent un peu n'importe quoi alors qu'une jeune femme leur rend visite dans leur logis miteux.

Laurent Terzieff, qui a fait découvrir Murray Schisgal en France, le qualifiait de Charlie Chaplin du théâtre, description qui est assez juste. Ses personnages ne sont pas méchants, mais gentiment frappés, comme je les aime.

Je n'ai malheureusement pas réussi à me procurer le texte en français.

Posté par latetearire à 06:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2015

"Picnic", William Inge

SAM_0558Deuxième pièce de ce recueil : Picnic de William Inge.

J'ai abandonné la lecture de cette pièce au deuxième acte. Une pièce qu'il faut voir au lieu de lire, j'imagine, car il y a pas mal de personnages dès le début et ce n'est pas clair ce qu'ils viennent faire là. Ils parlent de choses quotidiennes sans grand intérêt, bref j'ai décroché.

C'est peut-être très bien dans la seconde moitié (la pièce a eu pas mal de succès aux Etats-Unis si je comprends bien), mais à la lecture, surtout en anglais, j'ai eu du mal avec la longue exposition, j'aime bien comprendre l'enjeu rapidement.

Je m'y replongerai peut-être un de ces jours.

Posté par latetearire à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 juillet 2015

"Come Back, Little Sheba", William Inge

SAM_0558Première pièce de ce recueil : Come Back, Little Sheba du dramaturge américain William Inge.

C'est le premier texte de lui que je lis et la première pièce qu’il a écrite si j’ai bien compris.

Une pièce pas très gaie sur la vie de couple après un certain nombre d’années.

L’histoire : Lola et Doc vivent ensemble depuis un bon bout de temps. Ils ont perdu un enfant au début de leur mariage (fausse couche), et Doc est un ancien alcoolique. Depuis quelque temps une jeune logeuse, Marie, met un peu la pagaille chez eux. Pleine de vie, tiraillée entre deux hommes, elle semble leur rappeler un temps révolu, une époque où il y avait davantage de passion dans leur vie.

Le titre de la pièce fait référence au chien du couple, Sheba, qui a disparu et qu'ils espèrent revoir un jour.

Je ne suis pas sûre que cette pièce m'enchanterait sur scène. Tout ça est assez pesant. Moins violent que les pièces sur le couple d’Edward Albee, mais le malaise est un peu du même genre.

Posté par latetearire à 08:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 juillet 2015

"The typists", Murray Schisgal (1H, 1F)

SAM_0553Troisième pièce de ce recueil : The Typists ("Les Dactylos") de Murray Schisgal.

Une pièce sur l'enfermement, le renoncement, les envies et rêves non réalisés.

L'histoire : on est dans un bureau de dactylos. Sylvia accueille un nouveau recru, Paul, et les voilà qui font connaissance tout en bossant. Ils se parlent de leurs envies, de leurs souhaits, de leurs vies (elle est célibataire, il est marié), mais dès qu'ils disparaissent dans le bureau de leur boss pour demander quelque chose, ils en reviennent ayant pris dix ans d'âge. On les voit donc au début à 20 ans, puis 30 ans, 40, 50 et 60. Rien ne change vraiment pour eux, c'est toujours le train-train.

J'ai bien aimé ces changement d'âge, doit être assez amusant à voir. 

Cette pièce a été jouée en France par Laurent Terzieff (si je ne me trompe pas) et a été publiée en français (à L'Avant-Scène). Un texte qui doit être sympa à jouer.

Posté par latetearire à 08:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,