13 août 2013

"Se trouver" (6H, 5F)

006Se trouver de Luigi Pirandello, une pièce en trois actes publiée par l'Avant-Scène (numéro 1322).

Les pièces de Pirandello me restent toujours dans la tête, je ne sais pas pourquoi, je les trouve fortes, puissantes. Pourtant je n'ai pas adoré celle-ci à la lecture, je me suis même un peu lassée au milieu, mais je suis sûre que cette pièce me ferait grande impression si je la voyais sur scène.

Tout d'abord l'histoire m'intéresse, le rapport entre la vie et l'art, peut-on vraiment apprécier la vie, avoir une vie quand on est artiste, tout ça vu du côté féminin, ce qui est encore plus rare. Ce portrait de femme, écrit je ne sais pas comment par un homme (en 1932), n'est pas banal.

Voici l'histoire : Donata est une comédienne réputée, qui a dévoué sa vie à ses rôles et à sa carrière mais qui est un peu paumée lorsque le rideau tombe. A force d'incarner différents personnages, elle s'est égarée, ne sait plus qui elle est. Elle se réfugie un jour dans la grande villa d'une amie et y fait la rencontre d'Ely, un homme avec lequel elle décide de fuir. Suite à un accident en mer, ils se retrouvent dans son atelier et elle découvre ce qu'est d'être amoureuse, d'avoir une vie qui lui appartient, loin du théâtre, mais tout finit mal lorsqu'elle remonte sur les planches, ce qu'Ely ne supporte pas car il ne souhaite plus la partager avec d'autres.

Un peu torturé, il va de soi, et je ne sais pas comment une comédienne peut arriver à mémoriser les dialogues de Donata. Rien que d'accepter le défi mérite une médaille. Il y a beaucoup d'interrogations sur l'art, sur la femme, et celles-ci reviennent à plusieurs reprises ce qui doit rendre le jeu encore plus difficile. Le monologue final ne doit pas être évident non plus.

Donc un texte intéressant d'un auteur qui est vraiment à part et qui offre toujours des textes d'un haut niveau.

Posté par latetearire à 06:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,


29 juillet 2013

"Le repas des fauves" (6H, 2F)

SAM_0076Le repas des fauves d'après l'œuvre de Vahé Katcha, une pièce publiée par l'Avant-Scène (numéro 1304).

J'ai beaucoup aimé le texte. On est très vite dans l'histoire car l'enjeu et la tension sont immenses.

L'histoire : il s'agit d'une soirée d'anniversaire qui tourne au vinaigre. Nous sommes dans la France occupée et deux officiers allemands sont abattus dans la rue alors qu'une jeune femme fête ses 30 ans en compagnie de son mari et des amis. Un commandant de la Gestapo interrompt leurs célébrations et dit qu'il vengera la mort de ces officiers en prenant des otages dans leur immeuble, dont deux chez eux. A eux de choisir qui ils seront.

Avec un problème pareil, on ne s'ennuie pas et on ne peut que se demander comment tout ça va tourner. Très bien fait, j'ai trouvé. J'ai tellement aimé cette pièce que je me suis précipitée pour aller la voir au théâtre Palais-Royal. Est-ce que j'ai autant aimé sur scène ? Ben non, j'en parlerai demain...

Posté par latetearire à 06:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

15 juillet 2013

"Collaboration" (4H, 2F)

SAM_0078Collaboration de Ronald Harwood, une pièce en deux actes publiée par l'Avant-Scène (numéro 1306).

J'ai aimé la première moitié, mais ai été un peu déçue par la seconde.

L'histoire : au début des années 30, le compositeur allemand Richard Strauss compte sur le dramaturge et romancier autrichien Stefan Sweig pour lui écrire des livrets d'Opéra. Se crée une complicité artistique, une amitié, jusqu'à la montée du nazisme qui vient mettre fin à leur association. Richard Strauss se sent à peine concerné tant qu'il peut composer, Sweig, d'origine juive, s'exile et met fin à ses jours.

La première partie est intéressante car on y parle d'art, du fait que Strauss ne peut survivre sans écrire de la musique. L'enjeu est fort, c'est sa vie, rien n'a de sens pour lui s'il ne crée pas. Il est dans sa bulle la plupart du temps, il ne pense qu'à son envie de composer, la réalité du nazisme vient en second plan, il se sentirait moins concerné s'il ne comptait pas sur Sweig pour écrire ses livrets. Pour Sweig qui est juif, son art passe bien après sa survie, il est traqué de partout et s'exile et se suicide au Brésil.

Un sujet intéressant qu'est la création, l'importance de l'art pour un artiste. On y parle d'une collaboration détruite par le nazisme et de la persécution des Juifs et cela est bien montré, mais j'ai trouvé que la fin n'était pas très développée. On nous dit ce qui est arrivé à l'un et à l'autre, mais c'est un peu rapide, il manque quelque chose, cela sonne un peu plat.

Posté par latetearire à 06:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

08 juillet 2013

"Le baiser de la veuve" (2H, 1F)

SAM_0081Le baiser de la veuve d'Israël Horovitz, une pièce publiée par les Éditions Théâtrales.

C'est une pièce forte, intense, qui dérange, donc pas idéale si on souhaite se détendre. Je préfère l'avoir découverte en la lisant.

Il s'agit de retrouvailles entre trois anciens camarades de classe. Bobby et Georges sont toujours restés dans leur bled et travaillent dans une usine de recyclage de papier. Betty, elle, est partie, s'est mariée, a eu des enfants et est devenue critique. Désormais veuve, elle revient dans sa région natale après treize ans d'absence.

Le tout commence de manière assez légère, puis l'arrivée de Betty les force à confronter le viol collectif que Betty a subi quand elle avait 17 ans, et la participation de Bobby et Georges... et c'est le malaise général.

Un sujet douloureux et d'actualité qu'est le viol, mais comme je vais au théâtre pour rêver, m'évader, je ne pense pas que j'irais voir cette pièce si j'en avais l'opportunité. Pour ceux en revanche qui souhaitent assister à un spectacle percutant, qui secoue, ce texte est tout à fait indiqué. Je préférerais lire ce genre d'histoire dans un roman, rentrer davantage dans la pensée des personnages.

Il y aussi Le premier dans ce livre, une pièce que j'ai déjà lue et dont je parle quelque part sur ce blog.

Posté par latetearire à 06:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 juillet 2013

"Blanc" (2F)

SAM_0095Blanc d'Emmanuelle Marie, une pièce publiée par l'Avant-Scène (collection quatre-vents).

Il y a des pièces qu'il faut voir plus que lire et celle-ci en est une à mon avis. L'interprétation est primordiale. Soit elle est réussie et on doit assister à un moment assez fort, poétique, soit les comédiennes ne sont pas terribles et le tout doit laisser de glace. Il y a des histoires comme ça, il faut vraiment que le jeu soit à la hauteur de ce qui se dit.

Il n'y a aucun humour dans cette pièce ce qui n'est pas étonnant dans la mesure où c'est l'histoire de deux filles, de leur douleur alors que leur mère est en train de décéder dans la chambre d'à côté.

Le sujet est difficile et ce n'est pas le genre de texte que j'adore, mais j'en reconnais les mérites.

Posté par latetearire à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


23 juin 2013

"Love and Money" (distribution modulable si j'ai bien compris)

SAM_0123Love & Money de Dennis Kelly, aux éditions L'Arche.

J'ai lu cette pièce jusqu'au bout, mais je n'ai pas accroché, on peut même dire que je suis complètement restée en dehors. Je dois avouer que c'est grâce à une recherche Google (après lecture) que je sais de quoi elle parle. Ça craint, je sais. Peut-être étais-je particulièrement peu concentrée ces derniers jours, j'en sais rien. Heureusement cela ne m'arrive pas trop souvent ce genre de choses.

L'histoire : il s'agit de sept étapes dans la vie de David, avant et après la mort de sa femme. Lors du premier "sketch" (le mieux à mon avis), il est en conversation avec une fille qui lui demande ce qui est arrivé à son épouse et on apprend qu'elle est morte et qu'il n'a rien fait pour la sauver. Après on passe aux parents de sa femme qui sont furieux de voir qu'une tombe près de celle de leur fille est trop belle et ornée et la saccage. Après on passe à une conversation pour un boulot et là, j'ai complètement décroché...

Je ne dis pas que je n'aimerais pas voir cette pièce sur scène, mais j'ai trouvé la lecture vraiment difficile. Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas fait le lien entre les histoires, j'ai pensé qu'il s'agissait de sketches indépendants... Je voyais bien pourtant le prénom Jess qui réapparaissait régulièrement... Bref, lecture ratée de ma part, et comme le ton est glacial et les dialogues parfois à rallonge, cela ne m'a pas aidé à faire plus attention.

Lecture à reprendre donc.

Posté par latetearire à 06:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

22 mai 2013

"Le chemin des passes dangereuses" (3H)

SAM_0075Le chemin des passes dangereuses de l'auteur québécois Michel Marc Bouchard, une pièce publiée par les Éditions Théâtrales.

J'ai acheté ce livre parce que j'essaie de lire davantage de textes sérieux. J'ai découvert cette pièce en lisant les critiques élogieuses laissées par les spectateurs sur le site de BilletRéduc, unanimité, cette pièce avait l'air très bonne. Est-ce que j'ai aimé ? C'est un texte qui trotte dans la tête une fois qu'on l'a fini parce que la fin est beaucoup mieux à mon avis que le début, mais que je n'ai pas adoré à la lecture.

Le sujet de la pièce est intrigant : trois frères viennent d'avoir un accident de la route et attendent les secours. Il y a Carl, le cadet, qui devait ce marier le jour même, Ambroise qui est homosexuel, et Victor, l'aîné, qui était au volant. Ces trois frères ont un peu coupé les ponts suite à la mort de leur père des années plus tôt. Au fur et à mesure de leur conversation, on apprend que leur père est décédé au même endroit, on découvre les circonstances de sa mort et aussi les raisons de leur propre accident.

Je ne peux pas dire que j'ai adoré les dialogues, surtout au début, qui est un tête à tête entre les deux plus jeunes frères, parfois des phrases qui se suivent plutôt que des phrases qui se répondent. Lorsque le frère aîné les rejoint en revanche, la sauce prend. On apprend ce qui est arrivé au père et les circonstances de leur propre accident et on arrive même à questionner l'existence de ces frères, sont-ils encore vivants ? La fin est bien, j'ai trouvé. 

14 mai 2013

"Amitiés sincères" (4H, 2F)

DSC02961Amitiés sincères de Stephan Archinard et François Prévôt-Leygonie, une pièce publiée par L'Oeil du Prince.

Cette pièce ne m'a pas fait beaucoup d'effet. Elle est loin d'être mauvaise pourtant, c'est juste que l'histoire ne me semble pas très originale, l'histoire d'une amitié de longue date qui est testée par un événement tragique.

Paul, Walter et Jacques se retrouvent régulièrement dans la librairie littéraire de ce dernier pour y faire un bon repas et boire du bon vin. C'est un rendez-vous rituel au fil des ans, leur manière de rester en contact et au courant de la vie de chacun. Aujourd'hui, Paul est en retard, et c'est la fille de Walter qui arrive à sa place. On découvre que sa fille a eu une liaison avec Paul et que tout le monde était au courant, sauf Walter.

Je me trompe peut-être sur cette pièce, mais rien ne m'a surpris, j'attendais la révélation concernant Paul dès le début. Je peux me tromper, ce texte prend peut-être toute sa force sur scène, qui sait ?

Je l'ai classée dans mes pièces sérieuses, car je n'ai pas trouvé ça très drôle.

09 mai 2013

"Entre chien et loup" (6H, 1F)

DSC02944Entre chien et loup de Gabriel Arout, une pièce en trois actes (d'après Légitime défense de Paolo Lévi) publiée par l'Avant-Scène (numéro 129).

J'ai bien aimé la structure de cette pièce.

Voici l'histoire sinon c'est un peu compliqué à expliquer : Thomas est interpellé par un inconnu alors qu'il s'apprête à aller retrouver Solange, sa bien-aimée. L'inconnu lui conseille de ne pas se rendre à ce rendez-vous, car il s'agit d'un piège. Solange, qui est mariée à un truand, l'attend chez eux pour que son mari le tue dès qu'il s'introduira par la fenêtre. Personne ne pourra les accuser du meurtre, ils auront agi en légitime défense.

Les entretiens entre Thomas et l'inconnu sont interrompus par des scènes expliquant ce qui lui pend au nez, des flash-backs sur sa rencontre avec Solange, sur son truand de mari et ses associés douteux. J'aime bien cet agencement de scènes.

Une pièce à l'image d'un film noir, qui doit être assez prenante à regarder.

Posté par latetearire à 06:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mai 2013

"Piège pour un homme seul" (4H, 2F)

SAM_0063Piège pour un homme seul de Robert Thomas, une pièce publiée par Paris-Théâtre.

Première revue Paris-Théâtre que je lis, elle ne date pas d'hier mais est très sympa. J'ai bien aimé cette pièce. Elle n'est pas très longue, mais elle est originale et bien faite.

L'histoire : Daniel est un jeune marié qui se repose dans les Alpes et qui se demande où sa femme a disparu. Il ne l'a pas vue depuis quelques jours. L'abbé du village le rassure, on vient de la retrouver et la voilà en effet qui débarque. Seul problème, ce n'est pas son épouse, mais quelqu'un qui a l'air de connaître énormément de choses sur lui et semble déterminée à faire croire à tout le monde qu'elle est bien sa femme. Qui dit vrai ?

C'est une pièce très chouette, qui intrigue du début jusqu'à la fin. Je ne dévoilerai pas le dénouement, mais je comprends le succès de cette pièce. Elle a été écrite en 1960 et a remporté un succès immédiat (après quelques années de galère pour l'auteur qui commençait à désespérer si j'ai bien compris).

Je l'ai classée dans mes pièces plus sérieuses vu le sujet mais elle est très enlevée et pas déprimante pour un sou.

Posté par latetearire à 06:23 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,