question_mark

Je n'arrive pas à piger, c'est même la dernière chose à laquelle je m'attendais en ouvrant ce blog.

Je le répète pour la dernière fois, théâtre = ouverture en ce qui me concerne, ouverture d'esprit, ce qui fait que l'on vient s'asseoir et se laisser séduire par d'autres univers, et si les spectateurs font preuve d'énormément d'ouverture en se déplaçant un peu partout pour voir ce qui se joue, ils doivent s'imaginer que les directions des théâtres qu'ils fréquentent en font autant en ratissant très large pour se mettre au courant de tous les textes qui circulent, mais euh, gros hic !

Je n'arrive pas à me réconcilier avec cette attitude de cloisonnement qui, pour moi, va à l'encontre de l'idée du théâtre, qui est le dialogue, l'ouverture. Je parle surtout des théâtres privés qui n'ont aucun exigence de répertoire et qui doivent (devraient) avoir déjà compris que ce n'est pas parce que quelqu'un est connu qu'il a quelque chose à dire ou qu'il écrit bien.

Est-on au bon poste si on ne s'intéresse pas à ceux qui écrivent aujourd'hui, même qui débutent ? Je sais qu'ils n'ont aucune autre responsabilité que de rentabiliser leurs établissements, mais tout de même, ne doit-on pas être aussi curieux, passionné par l'écriture dramatique pour être un bon directeur de théâtre ? A quoi ça rime de laisser des mails du genre êtes-vous à la recherche de pièces comiques sans réponse ? Cette indifférence, voire impolitesse, ne risque-t-elle pas à la longue de décourager les Français à écrire pour la scène ?