dilemme

En voyant les critiques de spectacteurs se plaignant de la fin banale d'une pièce, d'un manque de rebondissements flagrant d'une autre, ou d'une idée pas assez travaillée ou aboutie, je me demande s'il y a un travail fait en amont avec les auteurs dans les théâtres privés ou si on donne simplement carte blanche aux auteurs qui sont connus. Quelqu'un à la direction s'investit-il vraiment dans le texte ou le parti pris est de faire appel à des acteurs populaires pour masquer toute défaillance ?

Dans l'édition, quand un texte est retenu, l'éditeur donne son avis et redemande à l'auteur de travailler tel ou tel point pour l'améliorer. Les éditeurs lisent beaucoup et savent ce qu'ils veulent. Il y a discussion, collaboration (les bons éditeurs, j'entends).

Au théâtre parfois, on se demande s'il y a quelqu'un au volant. Je sais que tous les goûts sont dans la nature mais quand même, quand une fin tombe à plat et que les spectacteurs qui ne sont pas des pros le remarquent tous, pourquoi pas les gens responsables du montage de la pièce ?

Il y a eu pas mal de bourdes récemment. La dernière comédie de Josiane Balasko n'a pas eu l'air très au point ou très marrante, le retour d'Adjani sur scène a pris des allures de catastrophe du fait d'un texte qui avait l'air problématique. Une pièce que j'ai lue (pas vue) qui est passée au théâtre Montparnasse l'année dernière, je crois, Un temps de chien avec Valérie Lemercier, aurait pu être beaucoup mieux. Pourquoi personne n'a demandé à l'auteure Brigitte Buc de creuser un peu, rendre cette pièce au thème original moins à la surface des choses ?  

Bon, je vais arrêter de me poser des questions sur le théâtre privé, car je ne comprends absolument pas leur manière de fonctionner.