SAM_0141Cannibales de José Pliya, texte publié par l'Avant-Scène (collection quatre-vents).

J'ai trouvé ce livre à la bibliothèque de l'Alliance française d'Edimbourg. Je ne connaissais absolument rien de l'auteur, José Pliya, mais je suis toujours attirée par les textes de la collection quatre-vents.

Il s'agit d'une pièce au style bien particulier, mais j'ai aimé. C'est un texte à trois voix, trois voix de femmes qui parlent de maternité, du désir d'être mère. Les dialogues sont à rallonge et il ne s'agit d'ailleurs pas de dialogues à proprement dit (chacun semble faire un exposé de ses soucis), mais c'est bien fait et la pièce est agréable à lire.

L'histoire : trois femmes se rencontrent dans un parc. Nicole semble perdue dans ses pensées, Martine regarde son landau, émerveillée et protectrice de son bébé, et Christine se réveille après s'être assoupie et se rend compte avec horreur que sa fille a disparu. Elle va demander à Nicole si elle n'aurait pas vu quelque chose qui pourrait l'aider à retrouver sa fille et ainsi commencent leurs échanges.

C'est une pièce qui n'est pas longue, mais plus complexe qu'elle ne paraît, car ces trois femmes ne se mettent pas à chercher frénétiquement l'enfant disparu, mais elles se questionnent, se dévoilent petit à petit sur leur rapport aux enfants, l'amour maternel. Il faudra que je la relise parce que je ne suis pas sûre d'avoir tout saisi.

Je vais lire d'autres pièces de cet auteur.